2 : Le Cap débat ( le couvent)


Le capdebat

 

Capdebat 1

 

  Le couvent 1117 et 1141:

Création du prieuré de femmes de Longages

par l’ordre de Fontevrault.

 

1316:

Signature sous la pression royale du

paréage pour la bastide de Longages.

1355:

Fortification générale ordonnée,

le couvent se protège d’un fossé.

1357:

Le couvent semble abandonné par

les sœurs et occupé par des laïques.

1496:

Un arrêt exige leur départ et

le retour à une vie religieuse.

 1664 le 23 Avril :

L’abbesse de Fontrevault  achète au Roi sa part

sur Longages pour 997 livres dorénavant

la prieure devient la seule seigneuresse du lieu.

XVIIIe siècle:

Le couvent est un riche domaine féodal

 particulièrement bien géré avec une

administration rigoureuse et même autoritaire.

La fin du couvent 

L’assemblée Nationale constituante

le 13 février 1790 décrète que: 

"la loi constitutionnelle du royaume ne reconnaissant

plus les vœux monastiques

tous les ordres religieux sont supprimés".

C’est le 9 Juillet que le commissaire

de gouvernement Cappé assisté de

Théodore Campagne,maire Vital Faucher

et Bernard Camin officiers municipaux

se présente à la porte du vieux monastère 

pour notifier à Mère Marie de Gensac

prieure le décret de dissolution et pour

procéder à l’inventaire des biens qui seront

vendus aux enchères en 1791.

Les dépendances :

 Par la liste :

 Des biens nationaux à vendre

dans le département de la Haute-Garonne

(district de Muret) "Du 26 janvier 1791".

La fin du couvent :

Au moment de la fermeture le couvent comptait 

dix-sept religieuses de Chœur toutes issues des

grandes familles nobles de la région et

quatre sœurs converses.

 

Toutes rentrent dans leur famille où sont

accueillie chez des amis aucune ne reniant

leurs vœux.

La Prieure,à qui l’état avait accordé une

pension annuelle se réfugia chez la comtesse

de Roquelaure sa parente.

Le comte de Roquelaure partant pour l’émigration

lui avait confié sa fortune.

Elle loua, par bail régulier un petit galetas

et enfouit dans un mur ce trésor, après

avoir plâtré et tapissé le dit mur.

Le jour du retour de ce cruel exil le comte

n’eut plus qu’à briser la tapisserie et le plâtre

pour récupérer les 260.000frs or.

La dernière Prieure de Longages vécut

désormais dans la famille Roquelaure et mourut

à Toulouse en 1829.

Sarrans André devient le propriétaire

du couvent en 1791

 (vendu en bien national).

Capdebat2

Légende du plan du couvent

 

1807

(Archives départementales)

1:logement du portier

2:chapelle démolie

3:quatre corps de maison

4:la tour

5:le cloître

6:une grande allée

7:une petite allée

8:degré de descente du parterre

9:le tinal

10:la grange

11:grande cour

12:petite cave

13:enclos

14:rue publique (aboutissant à la petite cour)

15:le chemin

16:échelle de vingt canes

 (mesure de longueur dont la grandeur variant de 1m75à 2mètres)

17:le lavoir pigeonnier

18:la terrasse

19:le cimetière des religieuses

20:le vivier

21:le chemin du Prieuré

22:le cimetière communal

23:le prieuré

24:la fontaine

25:les maisons des particuliers 

La contenance du couvent 36 a 39ca

du verger 6a79 ca.

 

Le plan du couvent 1807

 

Capdebat3

 

Les trois fontaines de Longages

Les religieuses firent construire des fontaines,alimentées par des sources.

La première se trouvait au Brouilh,elle alimentait par les ruissellements d’eaux de pluies, la seconde qui se trouvait à la côte de la Prade.

La troisième était « côte de la baronne » Ou chemin du Prieuré,« elle fût démolie »vers 1980.

C’était l’eau courante et l’eau potable

pour les habitants.

 

Dscn0520

La fontaine.

Côte de la Prade

restaurée par la municipalité Brière.

La porte du couvent

 

Capdebat4

Le couvent s’élève dans un enclos de verdure

ceint d’un mur de clôture.

Divisé en trois espaces.

Le monastère en lui-même se compose

d’un grand bâtiment carré à un étage

flanqué de quatre tours d’angle :

Le cloître occupe le centre,les quatre ailes

reçoivent la salle capitulaire,les dortoirs

une sacristie (presbytère)

une prison:le chauffoir,le lavabo,le réfectoire

le dortoir des converses.

Ce premier espace, avec l’église a été fortifié :

En effet la transaction de 1535 signale

qu’il n’y a pas à Longages de château

sauf le monastère qui en temps de guerre

"était fermé de murailhes,parois et fossés".

Le second espace est constitué par la cour

des hôtes et ses deux ailes de bâtiment

où se trouvaient les écuries

les greniers,la forge,l’hôtellerie.

Suite à la porterie.

La porterie entrée principale

 

Capdebat5

Photo prise en 1993

par Madame Maryse Bibès

 

La porterie fût l’entrée principale :

Celle-ci,toujours présente dans sa réfection

du XVIIIe se trouve entre l’église et le mur

de clôture du cimetière paroissial:

contre elle se présente la conciergerie.

Le troisième espace comprend :

 Les viviers,le pigeonnier,lavoir,les jardins

et les fontaines.

Le pigeonnier lavoir , au couvent

Enfin au nord, à l’extérieur de la clôture

mais contre elle,le cimetière des sœurs.

 

 

 

L'ancienne église

Capture

A gauche de l’église,la sacristie (presbytère)

ou de leur dortoir par un escalier les sœurs

avaient accès au haut chœur.

Ss

"Elles étaient séparées du bas chœur

par une grille"

Photo de 1993 prise par Maryse

 

Capdebat6

 

Le cloître est abandonné vers 1380

au moins jusqu’en 1499

où il est demandé une construction.

L’église n’est de fait restaurée qu’en 1530

 puis l’ensemble est à nouveau en ruine en 1581.

Les bâtiments sont relevés à parti de 1620.

Peu avant la révolution

l’église s’est enrichie d’un mobilier de luxe.

Si l’orgue a été vendu "un lutrin" en fer forgé

récemment classé conservé dans l’église paroissiale.

Mais la pièce maîtresse est constitue

par une magnifique grille en fer forgé que

l’on peut admirer dans le couvent de Boulaur.

Elle a été sauvée du naufrage à l’initiative

de deux anciennes professes de Longages.

Claire de la Tour-Bonnefoy et Suzanne de Sarrieu

qui les premières,tentèrent de redonner vie

au couvent de Boulaur et l’y firent transporter .

Sarrans:en devenant propriétaire s’était approprié

l’église qui se trouvait à l’intérieur du couvent:

La commune lui fit un procès

qui va durer de 1791 à 1812.

En 1813 un accord avec monsieur Sarrans,

permet de récupérer sur l’église du couvent

qui est détruite du mobilier qui est affecté

à l’église St- André.

Les autels, la chaire, le retable,les lambris,

l’orgue (qui sera vendu à la Daurade) 

l’horloge,les tableaux,la cloche

"la seule qui restait après les saisies de 1793"

 la grille de communion,le carrellement

les boiseries,six mille briques entières

douze stalles,des pierres diverses;

les fonts baptismaux en calcaire jaune

octogonal propre à la période 1270-1320.

Entrée du bas choeur

 

Capdebat7

 

L’entrée de l’église

"Le bas chœur"

(Donnant dans l’ancien cimetière du Capdebat)

Les converses entraient par cette porte

ainsi que les paroissiens qui eux venaient

par les "carrelots" petites ruelles

qui existent encore de nos jours

L 'ancien cimetière paroissial

1150-1900

 

Capdebat 8

 

Le cimetière du couvent :

Date de 1150.

 

Plus tard l’histoire

des sept cimetières de Longages.

Les communs

 

 

Cap debat9

 

Les communs étaient mitoyens aves la sacristie (presbytère).

 

Monsieur Sarrans Melchior en 1807

fit des travaux dans les communs pour

créer un haras.

S’étant approprié l'église du couvent

Il fût en procès avec la municipalité. 

« Ayant mal étayé le mur de la sacristie

ce dernier s’écroula »

Et l’église fut en partie

« ouverte aux intempéries ».

Le souterrain

 

Capdebat10

 

Ça n’est pas une légende

 il se trouve au N°10, sur le plan 

 "la grange face à l’allée menant

au pigeonnier-lavoir".

Photo : de Maryse en 1993.

Le pigeonnier Lavoir

 

 

Capdebat13

 

 

 

En 1784 :

 La mère supérieure

Françoise de Montesquieu-Fezensac le fit construire.

 Mais à ce jour il est malheureusement

voué à la ruine.

L 'Oratoire

 

Capdebat14

 

 

Lieu de promenade et de prières des religieuses.

Il fût détruit pendant la seconde guerre mondiale.

  • 9 votes. Moyenne 5 sur 5.

Ajouter un commentaire